Introspection / Méditation · 27 janvier 2021 0

La vison d’un éveil (1/2)

Depuis les débuts de confinement et ma pause professionnelle, j’ai pris l’habitude de me donner le temps quotidien de méditer comme j’en ressentais l’envie depuis bien longtemps déjà. Ce temps pour moi fut donc la bonne occasion d’instaurer cette nouvelle habitude quotidienne dont très vite je ne pouvais plus me passer. Voilà donc une anecdote de méditation marquante après ces quelques premiers mois d’habitude quotidienne.

Généralement, mon habitude est de méditer dans le noir et au calme, mais voilà qu’en ce jour de fin Janvier, me retrouvant seul chez moi je décida de méditer au soleil, au milieu de mon salon devant la fenêtre. Les écouteurs sur les oreilles avec une ambiance sonore zen, je me suis surpris ce jour là à vouloir rééditer une séance d’hypnose faite avec ma thérapeute afin d’aller rencontrer mon enfant intérieur. C’est ainsi qu’après un temps de respiration profonde (i.e. cohérence cardiaque) précédent chacune de mes séance de méditation, je me suis mis alors à reproduire le schéma mental sur lequel j’avais été guidé quelques jours plutôt.

La méditation

Tout d’abord, je partis à la réalisation d’un scan de mon corps, en partant des orteils de pieds, en remontant le long des jambes, puis du corps, des bras et mains, puis en revenant jusqu’à la tête, et à ma respiration ; le but est ici de s’ancrer, et d’habiter pleinement son corps en conscience, et s’assurer d’être là dans le moment présent. Une fois bien ancrer et concentrer sur mon corps et mes ressentis, je me suis invité à redescendre le long de ma jambe, pour arriver sur l’un de mes mollets sur lequel j’ai alors imaginé une petite porte… En portant alors l’intention d’ouvrir cette petite porte, je me suis alors mis à visionner un escalier en colimaçon que j’ai commencer à descendre, descendre encore et encore, pour enfin arriver en bas devant une nouvelle porte que j’allais alors m’autoriser à ouvrir.

Me voilà donc à visualiser mon enfant intérieur, dans une église, et pas n’importe laquelle puisqu’alors je reconnais l’église Saint-Melaine de Rennes, où il arrivait à ce qu’on s’y déplace dans le cadre scolaire, sachant que j’étais alors dans un école catholique, bien que non catholique et non baptisé. Je ne saurai me souvenir de l’âge précis que j’avais à ce moment là, mais il s’agit d’un souvenir de primaire. Il y avait là une cérémonie pour une célébration d’une fête chrétienne ; les enfants étaient à ce moment en train d’aller prendre l’hostie dans le cadre de l’eucharistie. Ceux qui étaient alors déjà passés devant l’autel pouvaient transitionner sur les couloirs latéraux, là où ils avaient l’occasion de pouvoir aller se confesser auprès de différents prêtres là pour l’occasion.

Au moment de ces faits, je me trouvais alors debout entre les bancs de l’allée centrale, proche du couloir gauche, à observer la scène et en ressentant intérieurement tout un ressenti de ce qui se passait autour de moi ; voici que je réalisais ainsi que je n’avais pas ma place ici. En effet, en tant que non baptisé, je n’avais le droit ni d’aller prendre l’eucharistie, ni d’aller me confesser. Je me rendais compte de devoir être là dans le cadre d’une obligation scolaire, mais sans avoir le droit d’y être pleinement associé. Là était le ressenti d’un sentiment de rejet, de solitude, et de ne pas être à la bonne place. C’est alors qu’en un battement de cils, au moment même de ce ressenti, voilà que je me senti téléporter en dehors de l’église, côté jardin du Thabor sur le flanc droit du bâtiment.

Petite parenthèse pour en visualiser le contexte : cette église Saint-Melaine, très belle de surcroit, à la particularité d’être à l’intérieur du grand Parc du Thabor, que j’ai eu l’habitude de fréquenter depuis ma plus tendre enfance, sachant que nous habitions à côté d’une part, et que mon école maternelle était alors à l’intérieur de ce même parc d’autre part. Ainsi, je passais régulièrement devant cette église lorsque nous allions dans le parc, et il se trouvait alors sur le flanc droit de l’église une petite allée perçue sombre en tant qu’enfant, et qui ne me donnait alors pas du tout envie d’en approcher. Je pense même que de vague souvenir d’histoire de sorcière ou de méchant monsieur avait pu entretenir ce sentiment d’inconfort auprès de cet endroit lorsque j’étais plus petit.

Retour à cette visualisation méditative, où me voilà donc devant cette petite allée du flanc droit de l’église, et où j’aperçois alors une grande porte à double battant au fond. En m’approchant devant, celle-ci s’ouvrit automatiquement, pour me dévoiler un lieu intégralement noir, dans lequel je ne pouvais rien distinguer. C’est alors que j’aperçu au loin, vers ma gauche, une petite lueur, telle une lumière étant apparue dans ce noir. Attirée par celle-ci, je suis alors rentrée dans cette pièce noire, et m’en suis approché jusqu’à arriver à distinguer qu’il s’agissait alors d’une bougie allumée, avec son porte bougie permettant d’y glisser l’index afin de la transporter.

La lumière en main, j’entrepris alors de me retourner en faisant un balayage circulaire sur ma droite en tentant d’éclairer cette pièce sombre dans laquelle je n’avais alors rien pu voir. A 45° je vis alors se distinguer au loin de la pièce, peut-être à une dizaine de mètres, un escalier en colimaçon qui avait l’air de monter à un étage supérieur. Ni une, ni deux, automatiquement je me senti marcher vers celui-ci, et commença à en monter ses marche en pierre, où une trappe en haut se présenta. En l’ouvrant, quelle fût ma surprise à découvrir où je venais d’arriver ! J’étais alors debout dans l’église, juste derrière l’autel, là où le prêtre aurait pu se positionner pour bénir l’hostie et le vin du Christ dans le souvenir initial de cette méditation.

« Quelle fût ma surprise à découvrir où je venais d’arriver ! »

Le temps de me rendre compte que j’avais alors fait le chemin symbolique de traverser l’église par le sous-sol pour me rendre à l’autel, je m’aperçu que l’église était alors pleine de monde, et que j’étais donc debout face à tous ces gens assis sur les bancs de l’église. Je ne me rappelle plus trop si le sentiment de jugement d’être là a eu lieu pendant cette visualisation ou après, mais c’est un souvenir que je garde. C’est d’ailleurs certainement celui-ci qui a donné la suite à la vision, où je me visualisa quitter l’autel et l’église en m’envolant, traversant le toit sans problème. Je vis alors s’éloigner par le ciel cette église dans son parc coloré de vert et de fleurs. Ensuite, c’est comme si j’avais pris un vol express entre Rennes et l’Ile-de-France pour venir atterrir à l’endroit même où j’étais en train de méditer ; chez moi.

Comprendre la vision

La méditation terminée, j’avoue avoir été agréablement surpris par l’expérience qui venait de se passer. Ceci est une première pour moi, d’autant plus que je ne me rappelle jamais de mes rêves, et ce, depuis des années.

Une fois mes esprits revenus sur terre, ma première pensée a été presque automatique ; me mettre à prendre un papier et un crayon pour noter chaque détail vu pendant cette expérience de voyage d’esprit. A ce moment, j’avais la sensation qu’il y avait peut-être une importance à ne pas oublier, et tenter de comprendre ce qui venait de se passer.

Ainsi, j’ai commencé à noter les moindres éléments dont je pouvais me souvenir dans un premier temps, dans l’idée par la suite de me dire que je serai capable d’en parler avec ma thérapeute lors d’une prochaine séance. Voilà alors que s’alignent les mots : église, porte cachée, caverne/grotte/sous-sol, noir, lumière/bougie, …, etc.

En écrivant ces mots, m’est venu l’idée toute bête que peut-être je pourrai apparenter mon expérience avec un rêve classique, et du coup, tenter d’étudier sa potentielle signification à l’aide de site internet dédié sur le sujet de l’interprétation des rêves. Sans prendre l’exercice trop au sérieux, je me suis pris juste à la réalisation d’un petit jeu d’enquête pour tenter d’élucider le message caché ; l’idée principale était alors de me dire que ça serait certainement drôle et distrayant.

Pour chacun des éléments visualisés, j’ai fait attention à toujours me demander s’il pouvait y avoir des synonymes ou symboliques proches par rapport au ressenti perçu lors de la méditation. Ainsi, c’est pourquoi vous avez pu voir ci-dessus l’association caverne/grotte/sous-sol qui désigne une même chose perçue dans mon histoire. Ainsi, cela pouvait m’emmener à divers potentielles explications à chercher, pour ensuite prendre ce qui me parle, par rapport au contexte de la visualisation dans son ensemble et ma perception personnelle du moment.

Quelques exemples condensés :

  • Eglise : message concernant l’âme
  • Porte cachée s’ouvrant : passage d’un état à un autre
  • Noir : angoisses / part d’ombre / partie de nous qui nous échappe
  • Lumière/bougie : lumière de l’âme / prise de conscience salutaire / trouvera aide efficace et immédiate …

Mis bout à bout, j’en suis arrivé à avoir pour chaque élément plusieurs alternatives de compréhension possible, et ce pour plus d’une douzaine de détails perçus dans la visualisation. Dans une lecture secondaire de ce travail, j’ai ensuite passé au fluo ce qui me sentait le plus pertinent, et ce qui pouvait coller les uns avec les autres pour tenter d’en arriver à l’exercice final de mon petit jeu ; écrire le synopsis de cette vision !

Le message subliminal

Sans prétendre à quelconque vérité dans l’exercice qui aura été plutôt très amusant à réaliser, voici donc la prose finale que j’ai fini par écrire en guise de signification à mon expérience méditative du jour :

Quête de l’âme avec désir de passer à une nouvelle étape, qui nécessitera d’identifier une partie de moi qui m’échappe, et ce, malgré mes peurs et angoisses.
Ainsi, grâce à une aide efficace, ainsi qu’une persévérance dans mon engagement spirituel (plus que matériel), je devrais alors atteindre une prise de conscience salutaire et bénéfique.
Cette prise de conscience marque une évolution dans ma vie, d’ordre social / affectif et/ou intérieur, portant mon âme vers plus de spiritualité, et la réalisation de mes désirs secrets.

Rien que ça ! Ceci peut paraître un peu tordu et tiré par les cheveux je l’accorde, et certainement que l’interprétation a été orienté par mon inconscient dans une certaine mesure, mais je reste content de garder une trace de cette expérience, et satisfait d’avoir été au bout de l’exercice de comprendre ce que mon inconscient avait à me dire ce jour là !


EDIT 28/02/21 : Retrouvez une petite suite à cette histoire avec la narration d’une seconde vision d’éveil !