Introspection · 15 janvier 2022 0

Aujourd’hui, j’ai touché ma tristesse…

(Récit écrit durant la nuit du 13/14 Janvier 2022, et publié le 15/01/2022.)

C’est au milieu de la nuit, en fumant une cigarette blessée, symbole de la tristesse qui me consumait depuis si longtemps de façon inconsciente, que j’ai réalisé ce qui venait de se passer.

Cette cigarette qui avait été brisée quelques heures auparavant, je venais de la remettre sur pied a l’aide d’un pansement de papier à rouler, dans la pénombre de mon salon, à la lueur d’une belle petite lampe en fleur de sel de l’Himalaya, discrète mais néanmoins douce, en forme de croissant de Lune.. Que de symboles après ce qui venait de se passer quelques minutes auparavant..!

Je venais quelque peu de déballer, certes avec beaucoup de maladresse, mon mal être du moment à ma femme. La réalisation récente de la tristesse qui m’a touché le week-end précédent en comprenant la symbolique d’un blocage de dos violent, survenu le vendredi, était alors en train d’opérer à son alchimie.

A l’évocation du « manque de soutien » comme potentielle symbolique à ce message du corps parmi tant d’autres, j’avais eu alors instantanément une montée de tristesse en moi et des larmes incontrôlables s’exprimer sur l’instant. Sur le coup, ce qui est remonté a directement été en liaison avec mon ressenti du moment par rapport à ce chemin spirituel que j’ai entrepris seul, et quelque peu incompris par ma femme, bien que respecté. Je me suis également vu dans cette période de confinement intérieur, matérialisé par un quasi confinement solitaire au sain de mon foyer depuis maintenant plus d’un an. Autre point qui est remonté sur le moment ; le fait que je me faisais de moins en moins accompagné de façon externe sur ce chemin spirituel, en conceptualisant que tout était en moi et que la clef de mon avancée devait être à me recentrer sur moi et non plus vers l’extérieur. 

Les jours d’après, j’ai réalisé que ce manque de soutien n’avait pas pris source ici, et qu’il était bien plus profond et enfoui dans un passé déroulé jusqu’à l’enfance. Au fond, je réalisais que celui-ci était à la base d’un sentiment de profonde solitude que j’avais déjà perçu auparavant, et qui avait fait beaucoup dans la construction de l’adulte que je suis devenu. En tant que seul homme de la fratrie, je me devais d’être assez fort pour gérer les choses, et ne pas être un autre problème à faire subir autour de moi (i.e. Il semblait il y en avoir déjà assez pour en rajouter). 

Ainsi, j’ai gardé ce trait inconscient de garder mes problèmes, mes peines et autres bas morals au fond de moi, avec la volonté, et fausse croyance, de pouvoir les surmonter seul, sans avoir à les partager ou à demander un quelconque soutien. 

Revenant à cette fameuse nuit, où les énergies du moment me plongèrent une nouvelle fois au creux de la vague et qu’il m’était impossible de trouver le sommeil malgré la fatigue, je me suis mis à écouter ce qu’il y avait au fond de moi. C’est là que je détecta un profond désarroi, m’amenant doucement à faire le lien vers la tristesse.

Libérer une expression restée trop enfouie et qui toque à la porte pour pouvoir se libérer.

Ce mal de dos, mais également des souffrances de mes mains gercées par le froid, m’emportaient dans un sentiment d’injustice qui sur le coup s’articulait d’une compréhension éclairée. Ces gerçures de doigts représente principalement nos contacts avec l’extérieur manifeste, notre fermeture à l’autre ou encore la peur de l’autre. On se ferme, on se renferme sur soi même ou on évite les contacts. Cela représente une souffrance qui peut, à force, s’exprimer en nous déchirant la peau.  Ajoutez à ceci une toux nocturne angoissante, me signalant un certain blocage du chakra gorge ; appelant à libérer une expression restée trop enfouie et qui toque à la porte pour pouvoir se libérer

Lâcher les mots sur les maux.

Dans la réalisation alors de ne plus vouloir mettre ceci sous le tapis, lorsque ma femme tenta de me rassurer sur l’énervement qu’elle avait perçu à ne pas réussir à dormir, je me mis maladroitement à lâcher les mots/maux à propos du chemin non aisé que je traversais, et de ce sentiment de tristesse lié au manque de soutien. Là, je l’ai blessée, et je lui demande Pardon. Néanmoins, c’est également à moi-m’Aime ici que je Par-Donne, et le ressenti de soulagement qui s’en est suivi en mon Être intérieur était là pour me dire que j’avais écouté le besoin de mon Âme, à travers ce corps, à ouvrir la porte à cette tristesse enfouie.

Pour tenter de me changer les idées ensuite, et réussir à trouver le sommeil, j’entrepris de commencer un nouveau livre qu’une belle Âme, que je connais à peine et que je remercie, avait senti de m’envoyer par courrier un écoutant son intuition de l’instant. En tout cas, ce qui est sûr c’est que rien que le titre du livre, « La Joie qui avance chancelante le long de la rue. » est une synchronicité dans la symbolique liée à ce que je vis, à toucher cette tristesse ; son opposé sur l’échelle de dualité étant justement la JOIE

En toute chose, aussi dure soit-elle, la vie peut y cacher un beau cadeau.

Là, dès les premières pages du livre, j’ai souri à des messages encore une fois en synchronicité à ce qui venait de se passer quelques minutes avant… Ainsi, dans les trente premières pages parcourues, j’ai eu beaucoup de moments de sourires intérieurs, qui me faisait ressentir une certaine joie justement. Pendant ce temps, ma femme s’était tournée au visionnage d’un film, pour elle-même penser à autre chose. C’est alors que j’entendis et reconnus cette musique : « L’Amour est un Oiseau Rebelle » de Carmen. Là je comprend encore un message caché m’étant destiné, sachant que petit c’est le tout premier Opéra où ma mère m’avait emmené. Quelle symbolique après une brouille maritale, rappelant qu’en toute chose, aussi dure soit-elle, la vie peut y cacher un beau cadeau

C’est donc après tout ça que j’ai été prendre l’air sur mon balcon, et que j’ai entrepris de fumer cette cigarette blessée, que j’ai alors perçue après coup comme la symbolique de cette tristesse qui me consumait dans l’inconscient

Tout est bien là, au bon moment, pour une raison divine, et tous ces faits font partis d’une série de signes magiques lorsqu’on arrive à les percevoir, nous incitant à découvrir le cadeau caché qui se profile derrière l’expérience. 

Merci, merci, merci d’avoir écouté ton intuition et ton coeur.

Après toutes ces réalisations, une grande Gratitude me remplit, Sourire tourné vers le Divin, et en moi m’Aime, je perçu ce message : « Merci, merci, merci d’avoir écouté ton intuition et ton coeur. Merci à ce corps pour ses fabuleux messages, qui au delà de la dureté au premier degré, te remplisse d’une Joie à y voir la guérison en cours, le cadeau caché. ». 

En espérant que cette mise à nu personnelle puisse en aider d’autres à traverser des moments difficiles, avec la faculté de prise de recul dans le moment présent, afin d’y percevoir l’objectif de l’expérience ainsi traversée, et ainsi, bénir et remercier pour le cadeau que l’univers tente ici de vous mettre en Lumière.